Les TCS, tout le monde en parle ! Et ce n’est pas simplement un phénomène de mode : elles apportent bel et bien des solutions techniques, économiques et environnementales !

Pourquoi les techniques culturales simplifiées ?

Elles découlent de l’observation et de la recherche d’adaptation au milieu naturel et du climat local. Sous nos climats, les précipitations sont supérieures à la consommation des végétaux. Ces techniques favorisent la pénétration de l’eau dans le sol et le remplissage progressif des nappes phréatiques en évitant l’érosion par ruissellement.
Les techniques culturales simplifiées, par le maintien des résidus de récolte en surface et le respect de la faune du sol (vers de terre, micro-organismes), sont des solutions simples à appliquer répondant aux exigences de nos climats.

Des atouts techniques et économiques

Réduction du nombre de passages et économies de carburants

Enrichissement du sol en matière organique et diminution de la consommation d’azote

Amélioration du fonctionnement biologique du sol et de sa structure

Réduction importante
de l’érosion des sols

Des atouts pour l’environnement

Enrichissement du sol en matière organique.

Diminution de la consommation de carburant et réduction de la pollution.

Moindre sensibilité à la sécheresse (meilleures pénétration et rétention de l’eau dans le sol, meilleure exploration du sol par le réseau racinaire).

À moyen terme, diminution des apports d'engrais azotés.


Limitation des phénomènes d'érosion : le maintien d'un couvert végétal d'hiver protège le sol (effet parapluie).


Grâce à la matière organique, on obtient une meilleure cohésion des éléments physiques du sol, limitant ainsi les coulées de boues.


Les techniques culturales simplifiées répondent aux attentes tant des agriculteurs que des citoyens.
Les agriculteurs y trouvent leur compte en réduisant leur temps de travail et leurs coûts de production et en pérennisant la qualité des sols.

Ces techniques, bénéfiques pour l’environnement, le sont donc pour l’ensemble de la société :
- diminution de l’effet de serre.
- réduction de l’érosion et des inondations.
- réduction de l’utilisation d’engrais azotés.